Les 40 ans des SUF à Saint-Sulpice

 

Entre la paroisse Saint Sulpice et le scoutisme, c’est une longue histoire – d’amour – qui dure depuis maintenant 90 ans… Bien sûr, on pourrait penser que cela s’explique essentiellement par la mise à disposition de locaux capables d’accueillir les quelques 300 scouts unitaires de France (SUF) implantés sur la paroisse depuis 1977.

Mais en réalité, la raison de cette complicité est plus profonde : au-delà même de l’implication personnelle des prêtres de Saint-Sulpice qui ont fourni de merveilleux aumôniers, laissant ainsi un souvenir marquant à plusieurs générations d’enfants et d’adolescents, peut-être faut-il aussi y voir une certaine proximité entre les visions respectives du Curé Olier et de Lord Baden-Powell.

Entre le premier, qui aura essaimé des séminaires du Canada à l’Afrique en passant par le Vietnam, pour y former des prêtres missionnaires, et le second qui aura réussi à lancer dès 1907 un mouvement associatif couvrant aujourd’hui le globe tout entier avec un message universel de fraternité juvénile, force est de constater une approche relativement commune de l’éducation et de l’aventure.

Du reste, ce n’est pas pour rien que les deux groupes SUF (scindés en 2007 pour cause d’effectifs trop nombreux) portent les noms du célèbre Curé (fondateur de la compagnie des sulpiciens) et de son (non moins célèbre) ami et contemporain, Monsieur Vincent, dont les missions caritatives préfigurent d’une certaine façon les préceptes scouts posés en 1920 par le Père Sevin.

En ce début de XXIème siècle, notre chère paroisse a plus que jamais besoin d’accueillir en son sein ces jeunes chrétiens, dont la plupart découvrent et pratiquent l’Eucharistie lors de ses messes dominicales, qu’il s’agisse de la « messe des enfants » animée par des papas ou de celle du dimanche soir animée par les chefs SUF une fois par mois.

A cet égard, il importe peu qu’ils n’habitent pas tous le quartier, car l’origine géographique n’a pas grande importance à l’heure de la mondialisation, celle-là même qui les conduit, pendant leurs camps d’été se déroulant souvent à l’étranger, à arborer fièrement le patronyme de « Saint Sulpice », brodé sur leur manche de chemise d’uniforme.

 

Frank MARTIN LAPRADE

Membre du Conseil Pastoral de St Sulpice

Ancien Chef du Groupe SUF

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.