Visage(s)

J’essaye d’imaginer notre messe de dimanche. Il y aura ce décor imaginé pour le Congrès Mission. Les bannières géantes. L’estrade.

Il y aura des paroissiens de tous âges. Les scouts et leurs familles. De nombreux prêtres.

Autre chose encore. Un détail en apparence. Un panneau d’affichage, dans le bas-côté, pour qu’on aille le voir après la messe. Sur celui-ci, notre « organigramme paroissial ».

Cela n’a l’air de rien, mais prenez le temps de regarder. Essayer d’imaginer ce que recouvrent toutes ces cases. Pour chacune, une personne responsable. Une équipe aussi, le plus souvent. Et surtout : des personnes auprès desquelles le Seigneur nous envoie.

Un seul exemple : ce petit rectangle vert, qui n’a l’air de rien, tout au milieu, « CATÉCHISME ». Que pouvons-nous imaginer ? Une équipe, oui. La responsable. Le prêtre. Tous, qui y mettent tout leur cœur. Qui encore ? Les enfants, bien sûr.

Pour la plupart d’entre eux, les années du catéchisme seront celles pendant lesquelles ils auront appris à connaître Dieu. Dans leur famille, la foi est présente. Sinon, ils ne seraient pas là. Mais souvent si timide. Sans prière en famille. Sans messe le dimanche. Sans seulement un crucifix sur un mur.

Sans le catéchisme, la foi de ces petits baptisés serait comme cette semence jetée en terre mais qui sèche et meurt. Grâce au catéchisme, pour eux et pour leur famille, elle peut reprendre vigueur et porter fruit. Quel enjeu !

On pourrait prendre une par une les 64 vignettes de l’organigramme. Chacune renvoie à des visages et chacune nous parle d’un chemin vers Dieu.

Je repense au Congrès Mission. L’une des vidéos de présentation était tout à fait saisissante. On y voyait des images du Christ. Le Crucifié, avec sa Couronne d’Épines. En voix off : « Rejeté ! Ignoré ! Méprisé ! Parce qu’il n’est plus annoncé, l’Amour n’est plus aimé. La France est en état d’urgence : l’urgence d’annoncer, de vivre cet amour. Cet amour qui délivre, qui console qui unifie, rend toutes choses nouvelles. L’urgence est là. L’urgence de l’annoncer. » Je trouve que c’est saisissant. Je prie pour que tous ceux qui pousseront la porte de notre église durant ces journées ressentent et comprennent cela.

Une paroisse, ce sont des visages. De très nombreux visages. Et c’est un visage. Le défi est que ce dernier devienne lisible aux yeux de tous. Vous devinez lequel : celui du Christ !

Père Jean-Loup Lacroix

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.