« Dieu exauce »

Lecture du premier livre de Samuel

En ces jours-là,
le jeune Samuel était couché dans le temple du Seigneur à Silo,
où se trouvait l’arche de Dieu.
Le Seigneur appela Samuel, qui répondit :
« Me voici ! »
Il courut vers le prêtre Éli, et il dit :
« Tu m’as appelé, me voici. »
Éli répondit :
« Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. »
L’enfant alla se coucher.
De nouveau, le Seigneur appela Samuel.
Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit :
« Tu m’as appelé, me voici. »
Éli répondit :
« Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »
Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur,
et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel.
Celui-ci
se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit :
« Tu m’as appelé, me voici. »
Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant,
et il lui dit :
« Va te recoucher,
et s’il t’appelle, tu diras :
“Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” »
Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.
Le Seigneur vint, il se tenait là
et il appela comme les autres fois :
« Samuel ! Samuel ! »
Et Samuel répondit :
« Parle, ton serviteur écoute. »

Samuel grandit.
Le Seigneur était avec lui,
et il ne laissa aucune de ses paroles sans effet.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit :
« Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait,
et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient,
et leur dit :
« Que cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent :
« Rabbi – ce qui veut dire : Maître –,
où demeures-tu ? »
Il leur dit :
« Venez, et vous verrez. »
Ils allèrent donc,
ils virent où il demeurait,
et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).

André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples
qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit :
« Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et dit :
« Tu es Simon, fils de Jean ;
tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Pierre-Jacques et Jean ont rencontré Jésus. Il leur a parlé. Ils sont devenus ses compagnons. Ils deviendront ses apôtres. Nous comprenons rétrospectivement que celui qui leur parlait était le Seigneur lui-même, Dieu fait homme.

11 siècles plus tôt, un enfant avait entendu Dieu lui parler. Il ne l’avait pas vu. Il l’avait seulement entendu, dans la nuit.

Une voix l’appelait par son nom. Qui pouvait être là ? Qui pouvait le connaître ?

Cet enfant était le serviteur d’un petit sanctuaire. Sa mère l’avait confié au prêtre en reconnaissance d’une prière exaucée. C’était là qu’elle était venue confier à Dieu sa tristesse et sa honte de ne pas avoir d’enfant. Et cette prière avait été exaucée. Et cet enfant avait reçu un nom qui signifie « Dieu exauce » Il s’appelait Samuel.

Samuel enfant par Joshua Reynolds (1723-1792)

Et Dieu, alors, l’appelait : « Samuel, Samuel ! »

On était en un temps d’anarchie et de cruauté. Les peuples qui occupaient le pays sortaient à peine de l’âge de pierre. Leurs religions étaient souvent des cultes sordides, dévoyés, qui ne pouvaient pas plaire à Dieu.

Les enfants d’Israël se souvenaient que le Seigneur les avaient fait sortir d’Égypte. Ils avaient la conviction que Dieu peut susciter des hommes et des femmes pour leur rendre l’espoir. Comme Moïse puis Josué, comme Deborah ou Gédéon.
Et voilà que ce petit Samuel était appelé à son tour. Il allait devenir prophète. Sa mission ne serait guère moins importante que celle de Moïse. Au nom de Dieu, il allait désigner David, fils de Jessé, et lui donner la consécration royale en utilisant le rite d’une onction d’huile. David ne serait pas simplement un chef de guerre qui a réussi. Il sera un homme de Dieu, un consacré. On disait un messie.

Pendant les 6 siècles qui suivent les prophètes se succèderont en Israël : Elie, Amos, Osée, Isaïe, Jérémie, Ézéchiel – pour ne citer que les plus importants.

Retenons le point de départ : Dieu qui parle à un enfant. Dieu qui appelle.

Les temps étaient obscurs, mais il y avait cette voix dans la nuit : Samuel, Samuel.

Si le récit de la conversion de Samuel a été conservé, si l’Église nous le fait lire, c’est pour susciter notre foi. On reproche à Dieu son silence. On le dit impuissant, inexistant. Mais il parle.

À nous de reconnaître sa voix.

Encore une chose. Nous lançons ce mois-ci un réseau de prière à l’intention de notre paroisse. Comme je l’explique dans la feuille paroissiale, celle-ci ne peut porter aucun fruit sans la grâce de Dieu.

Je trouve très beau que, aujourd’hui même, la première lecture de la messe vienne nous dire que « Dieu exauce ».

La prière d’Anne, la femme délaissée, avait été exaucée.

Et la suite avait été magnifique : Samuel, puis David, puis Jésus !

Père Jean-Loup Lacroix

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.