« Denier de l’Église »

Dans les besoins de notre paroisse, l’argent vient en troisième. Ce qui nous est plus nécessaire que tout, c’est le soutien spirituel de vos prières. Je vous en parle souvent. Notre second besoin, ce sont des bénévoles. Ensuite seulement : des moyens matériels. Indispensables eux aussi.

Le diocèse de Paris est en train de lancer la collecte du Denier pour 2018. C’est pour moi l’occasion de remercier tous ceux qui nous ont apporté leur contribution l’année dernière. Après trois années médiocres, le résultat de 2017 est sensiblement meilleur : +12,48 %. Le nombre des donateurs reste stable (634, pour 629 l’année précédente).

Un très célèbre général disait : « L’intendance suivra ! » Chez nous, c’est à peu près ce qui se passe. La paroisse va plutôt bien. Ses moyens… suivent, tout juste.

Même si on lit Tous Frères, on peut sous-estimer tout ce qui est à gérer à Saint-Sulpice. Une personne qui a séjourné récemment au presbytère m’a dit sa surprise : « C’est une ruche ! » Oui. En effet. Ce mercredi, je passais au secrétariat pour remettre un document. Quatre personnes étaient au travail dans le grand bureau, affairées et souriantes.

Autre exemple. En vérifiant qu’une salle était bien réservée pour la prochaine réunion de l’équipe liturgique paroissiale, je découvre qu’il y aura le même soir un total de 6 activités, dont deux répétitions de chorale.

Je suis profondément heureux de tout ce qui se fait, mais je reste malheureux de constater que bénévoles et salariés ne travaillent pas toujours dans de bonnes conditions faute de moyens suffisants.

Un autre exemple de l’usage que nous faisons de vos dons. Vous pouvez lire sur notre site un courrier et des photos qui nous arrivent de Centrafrique (ici). Il s’agit de la petite école de Bouyembé que nous soutenons depuis plusieurs années. Les 4 500 euros que nous avons fait parvenir l’année dernière ont été bien employés. Vous regarderez les visages de ces enfants. Ils font plaisir à voir. Sans votre générosité, nous n’aurions pas pu aider leurs parents à se procurer le ciment, les tôles, le bois et les quelques livres de classe qui leur ont permis de conserver leur école ouverte.

Merci pour tout !

Père Jean-Loup Lacroix

Print Friendly, PDF & Email
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.