Nouvelles de Bouyembé

Peu avant Noël, le Père Judicaël BOUKANGA nous racontait en ces termes la visite qu’il venait de faire à Bouyembé :

« Cette année, à l’instar de la saison sèche qui ne s’est substituée à la saison pluvieuse que très timidement, à l’école Bouyembé, l’ouverture de l’année académique 2017-2018 a été laborieuse.

Pendant un mois parents et enfants se sont inquiétés ne voyant pas revenir le Directeur de l’établissement. La crise socio-militaire ne cesse de faire des dégâts…

En cette période de Noël, les activités ont repris. Lorsque je me suis arrêté dans la cour de récréation, j’ai vu affluer vers moi, sourires rayonnants aux lèvres, une centaine d’enfants heureux de pouvoir continuer leur instruction et ainsi rêver un lendemain meilleur.

Pendant l’été, grâce à l’effort de carême des paroissiens de Saint-Sulpice nous avons pu confectionner 30 tables bancs et renouveler le matériel didactique de l’école : des cartes (du Centrafrique et du monde), quelques manuels scolaires, des boites de craies…

Les 30 tables-bancs ont été disposés dans le hangar créé en toute hâte dans le village voisin pour accueillir les enfants de la maternelle. Et encore, nous avons pu soutenir financièrement les trois maitres-parents qui donnent de leur temps et énergie pour instruire les enfants. La plupart des écoles rurales de Centrafrique recourent aux maîtres-parents pour combler le manque d’instituteurs de métier.

C’est avec le sourire mille feux des enfants de Bouyembé et des villages environnants que nous voulons exprimer notre profonde gratitude à l’endroit des paroissiens de Saint Sulpice. Puisse l’Enfant Jésus illuminer nos vies ici et là-bas. Puisse-t-il nous combler de paix et ouvrir nos cœurs à la dimension du monde. »

Mardi dernier, le Père Judicaël, nous a écrit de nouveau : « Je me porte bien, mieux disons depuis mon accident (29 décembre). En rentrant de brousse une roue arrière du véhicule que je conduisais avait éclaté et le véhicule a effectué trois tonneaux avant de s’arrêter. Fort heureusement pour moi, les bras de la Vierge Marie m’avaient secouru… »

Print Friendly, PDF & Email
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.