Les Conseils Pastoraux Paroissiaux à Notre-Dame

Samedi dernier, le Cardinal André Vingt-Trois invitait les membres des Conseils Pastoraux Paroissiaux pour faire le bilan des trois années de « Paroisse en Mission », ouvrir avec eux l’année pastorale 2012 -2013 et leur présenter le projet des deux prochaines années. Voici quelques extraits de son intervention.

1. Un chemin parcouru. Après les trois années de Paroisses en mission, nous pouvons  proposer un projet pour les deux prochaines années pastorales. En octobre, l’Église universelle fera mémoire de l’ouverture du Concile Vatican II, en octobre 1962, et du vingtième anniversaire du Catéchisme de l’Église catholique. Benoît XVI nous invite à célébrer ces anniversaires en faisant de 2012-2013 une «  Année de la Foi ».

Dans la droite ligne du Concile, l’Exhortation Apostolique Christi Fideles Laici rend compte de la réflexion de Jean-Paul II, et du synode des évêques, sur la mission des laïcs dans l’Église, réflexion a reprise et développée par Benoît XVI.

Ma détermination à développer le rôle et la mission des conseils pastoraux n’est pas une simple réponse à la pénurie des prêtres. Paris peut compter, pour 110 paroisses, sur environ 300 prêtres en pleine activité. Il nous faut mieux équilibrer la participation des fidèles à la vie de l’Église.

2. « Paroisses en mission ». Au terme des trois années de Paroisses en mission, nous devons continuer à faire évoluer nos mentalités, notre manière de comprendre et de vivre la vie ecclésiale. Cela demande un travail patient, conduit avec beaucoup de délicatesse, de finesse, et de persévérance.

Parallèlement, nous, prêtres, sommes confrontés à une double frustration, personnelle et institutionnelle pour notre Église, qui vient du décalage que nous n’arrivons pas à rattraper entre le dynamisme de l’Évangile et le sentiment de la lenteur, voire de l’inertie, qui caractérise l’Église comme tous les corps sociaux.

Nous devons aider les chrétiens à bouger, pas à pas, insensiblement mais réellement. C’est un travail à long terme que nous n’évaluerons pas par un catalogue des réalisations. Elles sont secondaires par rapport au travail de fond qui est la mise en mouvement des chrétiens, la prise en compte de leur dynamisme, la stimulation de leur générosité et l’animation de leurs communautés. Si nous voulons adapter la pratique de nos communautés chrétiennes à la situation réelle, il faut que nous (les fidèles et les prêtres) apprenions progressivement à mieux collaborer.

Les laïcs ne sont pas simplement les auxiliaires des prêtres. Mais comment, dans la pratique des conseils pastoraux, leur responsabilité peut-elle s’exercer réellement ? Comment évoluer pour que les conseils pastoraux ne soient pas simplement une chambre d’échos et de réactions aux initiatives du clergé, mais plutôt une instance où s’expriment des propositions originales de la part des fidèles ?

Les trois années de paroisse en mission doivent déboucher sur une évolution des pratiques dans les conseils pastoraux et dans la manière dont les prêtres exercent leur ministère. Plus les laïcs pourront exercer leur responsabilité, mieux le prêtre pourra identifier la spécificité de sa mission dans la communauté chrétienne : être celui qui exerce un discernement pastoral par rapport à des projets dont il n’a pas forcément l’initiative.

3. « ALLEZ ! ANNONCEZ ! 2014 ». La raison d’être et la mission de l’Église, hors de laquelle elle n’aurait plus de sens, plus d’avenir et plus d’intérêt, nous la trouvons dans la bouche de Jésus : « Allez par le monde entier, proclamez l’évangile à toutes les créatures… » (Marc 16, 15). Lorsque nous oublions ce fondement constitutif, nous laissons se dévitaliser, se tarir et se nécroser les richesses que nous avons reçues. Tentant d’appliquer cet ordre du Seigneur à notre situation présente, je vous partage mon questionnement : « Comment rejoindre ceux qui ne nous demandent plus rien ? Comment aller à leur rencontre et leur annoncer la Bonne Nouvelle, l’évangile de la miséricorde de Dieu ? »

Notre capacité à être pour nos contemporains des interlocuteurs crédibles et sérieux est un des fondements de notre efficacité missionnaire. C’est ce que le diocèse essaie de développer, grâce, par exemple, à KTO et au Collège des Bernardins devenu, en quatre ans, un lieu d’enseignement, de parole et d’écoute ouvert, où la Sagesse chrétienne propose ses richesses à quiconque a l’esprit ouvert.

Mais la nouvelle évangélisation ne se borne pas à répondre aux attentes et aux recherches des esprits curieux. Elle nous appelle aussi à aller au-devant de ceux qui, non seulement ne nous demandent plus rien, mais encore qui ne soupçonnent plus qu’il y aurait quelque chose à espérer. Il nous faut avancer vers cette mission avec résolution.

C’est dans cette perspective d’un effort missionnaire renouvelé que je vous propose l’objectif : « ALLEZ ! ANNONCEZ ! 2014 ».

Nous avons la possibilité de susciter une mission parisienne, dont chaque paroisse sera l’orga­nisatrice et l’actrice dans son quartier. L’effet ne viendra pas d’abord d’événements spectaculaires, mais de la simultanéité des initiatives en même temps que de leur diversité. J’ai donc choisi et je vous propose de préparer cet effort important pour l’Avent 2014 : je vous invite à annoncer la bonne nouvelle de la venue de Dieu chez les hommes, dans chacun des quartiers de Paris, au cours des semaines du mois de décembre 2014.

Je souhaite à chacune et à chacun d’entre vous de trouver et de voir grandir la joie de la mission. Je ne puis mieux vous y inviter qu’en vous disant à nouveau les paroles du Seigneur lui-même à ses disciples en Jn 15, 11-17 : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous … ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. »

André, Cardinal VINGT-TROIS

Les commentaires sont fermés.