« Avent »

Quatre dimanches, un peu moins de quatre semaines : le temps d’une courte attente.

Au terme, Noël, souvenir de la naissance du Christ, mais surtout attente de sa venue en notre monde : il serait vain de célébrer la nativité du Christ s’il n’était qu’un personnage du passé.

Pour nous, le Christ est Celui qui vient.  signifie « venue, avènement ». Nous célébrons celui qui est venu, qui vient et qui reviendra. Nos cantiques expriment cela, ainsi que les textes les plus officiels de nos liturgies : « Il est déjà venu, en prenant la condition des hommes, il viendra de nouveau, revêtu de sa gloire » (Préface de l’Avent).

J’écris « nous ». Il faudrait préciser : « Nous qui voyons les choses à la lumière de la foi ». Pour mettre son espérance dans le retour du Christ, il faut avoir la conviction que sa résurrection fut une réalité si bien qu’il est aujourd’hui vivant. Il est le Seigneur, le Dieu vivant. Sinon, c’est absurde.

Une chose est donc à remarquer : l’espérance repose sur la foi. Nous comprenons qu’un avenir de bonheur et de beauté nous est promis, parce que nous croyons que Dieu existe, qu’il nous aime et qu’il ne peut pas nous tromper.

Notre Avent 2012 sera celui de l’Année de la Foi. Nous nous souviendrons qu’Abraham, « le père des croyants », fut l’homme d’une espérance. Il quitta son pays pour aller vers la terre que Dieu lui montrerait. À sa suite, tous les croyants de la Première Alliance furent des hommes et des femmes tournés vers la réalisation des promesses divines : Moïse, Isaïe, tous les prophètes. Pour finir, Jean-Baptiste – et Marie elle-même.

Père Jean-Loup Lacroix

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.