Un beau travail du service marial pour nettoyer la chapelle des étudiants

Les plans de Servandoni pour la façade de Saint-Sulpice comportaient un espace de trois ou quatre mètres de haut entre les deux colonnades superposées prévues. Le terrain de la place actuelle était alors occupé par le séminaire ; la façade allait se dresser en bordure d’une rue étroite. Afin que la loggia de l’étage se révèle, vue d’en bas, dans toute son ampleur, il fallait placer ses colonnes assez haut pour que leurs bases ne soient pas cachées par la corniche du péristyle du rez-de-chaussée. La grande salle rectangulaire ménagée sous la loggia avait donc d’abord un but esthétique.

En 1863, à l’époque de M. Hamon, curé de Saint-Sulpice de 1854 à 1871, l’abbé de La Foulhouse proposa d’a­mé­nager ce local sans emploi pour en faire une chapelle à l’usage des étudiants. Jusqu’à la veille de la guerre de 1914 ils s’y retrouvaient nombreux à partir de neuf heures le dimanche et les jours de fête. La messe, célébrée à dix heures, était suivie d’une instruction donnée par deux vicaires de la paroisse. On avait mis là, pour accompagner les chants, le ravissant petit orgue du dauphin qui fut ensuite placé dans la chapelle du péristyle avant de retrouver sa place au Petit Trianon.

Abandonnée depuis cent ans, la chapelle des étudiants a été envahie peu à peu par la poussière et les gravats. Les travaux de la tour Nord y ont amené d’autres débris. La paroisse doit une grande reconnaissance aux bénévoles qui viennent de réaliser d’énormes travaux de nettoyage et de déblaiement. Je les remercie très vivement de tout ce qu’ils ont fait pour la sauvegarde de ce lieu qui est assurément l’un des trésors cachés de notre église. Il restera à prendre des dispositions pour permettre aux paroissiens de le découvrir. (Michel Rougé. Photos : Père Lacroix)

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.