Chorus Lux

Chorus LuxLa prochaine “Nuit Blanche” (du 4 au 5 octobre) verra de nouveau notre église accueillir une installation de Benjamin Bergery et Jim Campbell. En 2009, sotto voce nous avait laissé un souvenir inoubliable. Voici les premières informations que nous pouvons donner, sur ce nouveau projet Chorus Lux. Nous donnerons ultérieurement plus d’informations sur ce nouveau projet, notamment sur sa dimension religieuse. (JLL)

Chorus Lux est un projet associé à Nuit Blanche 2014 par la ville de Paris. Du point de vue logistique cette installation est très similaire à l’installation sotto voce, un événement associé à Nuit Blanche 2009, dans le même site de l’église Saint-Sulpice.

Cette installation de Benjamin Bergery et Jim Campbell implique 18 installations lumineuses dans chacune des 18 chapelles le long du périmètre de l’église Saint-Sulpice assombrie.

Chaque installation est modulée par un « rythme » lumineux qui représente un évènement extérieur ou intérieur (par exemple de l’eau qui coule, le battement d’un cœur, un feu, un stylo sur une page, la guérison, la prière, la lutte) et qui est lié au narratif de la chapelle, un événement qui est l’occasion d’un moment de méditation silencieux. Chaque projecteur varie l’illumination de chaque chapelle, et contribue à l’illumination de l’église entière. Sur le mur à côté, en dessous du nom de chapelle, une petite enseigne avec des mots lumineux identifie l’évènement évoqué par la lumière changeante. L’effet général voulu est de créer une polyphonie de lumières composée de voix silencieuses qui se distinguent et se mélangent.

Chorus Lux reprend et élargit le travail de sotto voce, associé à Nuit Blanche 2009. Le spectateur entre dans un espace plein de lumières rythmées et les revoit ensuite comme des bribes de narrations entremêlées. Il s’agit de créer un ensemble narratif qui dépasse ses composants, où l’effet général est enrichi par le spectateur qui privilégie et distingue quelques-unes des 18 voix après avoir parcouru le périmètre des 18 chapelles. L’œuvre évoque aussi la séparation de la forme et du contenu : de la lumière changeante et de son étiquette verbale. L’installation contribue à révéler l’intérieur de la magnifique église Saint Sulpice en modulant l’espace entier à partir de l’ellipse de ses chapelles, pleines d’objets et d’œuvres variées qui évoquent le riche héritage de ce monument parisien.

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.