Nouvelles de Bouyembé

Notre communauté paroissiale est dispersée, mais rien ne nous empêche de rassembler nos offrandes de carême, comme chaque année. Pour la 7e année consécutive, nous voulons soutenir l’école de Bouyembé, en Centrafrique. Celle-ci était en ruine et allait fermer. Avec notre aide, les habitants de ce village l’ont reconstruite. On y vient maintenant de tous les villages voisins.  Ci-dessous, les informations que le Père Judicaël nous a envoyées le 10 mars. Les dons sont à faire parvenir au presbytère (50 rue de Vaugirard 75006 PARIS) par courrier postal ou tout autre moyen. Chèques à l’ordre de « PAROISSE ST-SULPICE ». (JLL)

« L’année académique 2019-2020 a bien démarré. C’est la deuxième fois d’affilée, depuis près d’une décennie, que la rentrée s’est passée dans de bonnes conditions. L’amélioration physique des bâtiments et la nomination d’un nouveau directeur, il y a une année, avait vu le nombre d’inscription grandir considérablement. Pour la première fois depuis les travaux de rénovation, l’école a pu faire passer le concours d’entrée en 6e à ses élèves de la classe de CM2 (la 7e). Sur 8 candidats, 5 ont réussi et, bonne nouvelle, ils se sont tous inscrits au collège situé à 20 kilomètres de Bouyembé.

Cette année donc, l’école totalise 388 inscrits ce qui représente un effectif record. Les élèves viennent de près de 5 villages environnants. Au corps enseignant, 3 l’an dernier (le directeur et deux maitres-parents), s’est associé un nouveau maitre-parent. L’effort de carême 2019 des paroissiens de Saint Sulpice a permis, comme l’ont souhaité les habitants de Bouyembé, de construire un logement pour loger le directeur et éventuellement un autre maitre. Le bâti­ment, de simple construction, comporte en tout trois chambres. Cette année, en fonction de ce que le Seigneur offrira, nous équiperons ledit logement et entamerons la construction d’une nouvelle salle de classe. Étant donné la difficulté des familles à prendre en charge financièrement les enseignants, l’idéal serait de leur apporter une petite aide pour les motiver à continuer d’enseigner aux enfants. » (P. Judicaël BOUKANGA)