La parabole du gérant malhonnête (texte de vendredi 6 novembre, Lc 16, 1-8)

Voilà une parabole de Jésus un peu difficile à comprendre. On ne comprend pas très bien pourquoi un maître fait l’éloge d’un gérant malhonnête qui est en train de le voler et pourquoi Jésus raconte cela.

La parabole s’éclaire lorsque l’on sait que dans les grands domaines agricoles de l’époque, les gérants de ces domaines, suivant le droit romain, étaient payés grâce à un pourcentage prélevé sur les revenus du domaine.

Ainsi ce gérant malhonnête, sachant qu’il va être renvoyé, se dit que l’essentiel n’est pas de récupérer un maximum d’argent, mais de se faire des amis pour qu’au moment où il n’aura plus de travail, il puisse avoir de bonnes relations pour en trouver.

Pour cela, il décide de renoncer à son propre pourcentage des revenus et se faire des amis parmi les débiteurs de son patron qui, grâce à ce geste, pourront régler leur dette dans de bonnes conditions. Quand il dit : « écris 50 ou écris 80 », il n’est pas en train de voler son maître mais de renoncer à son propre pourcentage pour se faire des amis.

Le maître fait son éloge car il a été malin : il a su bien profiter de ses derniers moments de travail, pour se faire des relations qui vont l’aider à retrouver du travail au lieu de chercher à amasser le plus d’argent possible.

Jésus commente en disant que cette habileté humaine à fabriquer de bons plans pour rebondir dans les affaires n’est malheureusement pas toujours utilisée pour gagner le royaume de Dieu.

Des gens sont capables de renoncer à un gain immédiat pour se faire des relations utiles pour leur avenir économique, mais sont-ils prêts à renoncer à un gain immédiat pour se faire des relations utiles en vue du royaume de Dieu ?

Au fond, saint Paul va dans le même sens lorsqu’il invite ceux qui mettent leur désir dans des biens terrestres à devenir des citoyens du ciel. Nous sommes souvent astucieux et malins pour savoir profiter intelligemment des avantages sociaux, des dérogations possibles au confinement, pour utiliser, sur la plupart des sites commerciaux, la rubrique : « les bons plans »…

Mais mettons-nous la même intelligence, les mêmes astuces pour mettre en œuvre la volonté de Dieu dans notre vie ? Avons-nous des « bons plans » pour notre vie de foi et pour l’exercice de la charité ?

Ce gérant habile utilise la « miséricorde » comme moyen pour se faire des amis : il prend sur lui de remettre la dette de certains débiteurs pour s’en faire des amis.

Je pense que le Christ veut aussi nous inviter à utiliser la « miséricorde » comme « bon plan » pour gagner des amis pour le ciel : tous les pardons, toutes les marques d’amour et de miséricorde que nous pourrons donner autour de nous, nous donneront non seulement des amis sur la terre, mais aussi des amis pour le ciel.

Prenons le temps, surtout en ce temps de confinement, à chercher des « bons plans » pour Dieu et pour notre prochain.

Père Henri de La Hougue

Les commentaires sont fermés.